À Claude II Belin, le 8 août 1644
Note [4]

Le 17 avril, les troubles politiques avaient forcé Henriette-Marie de France, reine d’Angleterre (v. note [12], lettre 39), à s’éloigner de son mari, Charles ier, pour ne plus jamais le revoir. Le 16 juin, retirée à Exeter, elle avait donné naissance à son neuvième et dernier enfant, Henriette-Anne, future épouse de Monsieur, Philippe d’Orléans, frère cadet de Louis xiv. Le 2 juillet, les troupes royales avaient subi près d’York la défaite décisive de Marston Moor contre les troupes alliées (parlementaires et Covenanters écossais), car elle mit fin à l’influence de la couronne sur le Nord de l’Angleterre. Le 14 juillet, la reine s’était embarquée à Falmouth (Cornouailles) pour gagner Brest. Anne d’Autriche envoya le commandeur de Souvré à sa rencontre (Plant). Le 3 juillet, à Rueil, le roi avait reçu à sa table le baron George Goring, ambassadeur d’Angletere, puis signé après les vêpres le renouvellement du traité d’alliance entre les couronnes de France et de Grande-Bretagne (Levantal).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 8 août 1644. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0108&cln=4

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons