À Claude II Belin, le 14 août 1645
Note [4]

Allusion à la « sédition des femmes » qui éclata à Montpellier le 29 juin 1645 : une nommée Élisabeth Bouissonade, servante ou épouse d’un artisan, déclencha une « émotion populaire » contre la levée d’une taxe exceptionnelle pour l’avènement du roi à la couronne, qu’on disait devoir être proportionnelle au nombre d’enfants et devenir permanente ; groupées autour d’une géante nommée la Branlaïre, 400 Montpelliéraines pourchassèrent autour de la ville les officiers royaux chargés de collecter l’impôt, brûlant leurs papiers et leurs maisons ; la troupe tira sur la foule, mais les hommes se rallièrent à leurs épouses en chassant les soldats dans la citadelle et en élevant des barricades par toute la ville ; après quatre jours d’émeute, on releva une vingtaine de morts. En 1647, Louis xiv accorda une amnistie n’incluant pas la dame Bouissonade qui fut pendue le 9 mars.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 14 août 1645. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0124&cln=4

(Consulté le 21.01.2021)

Licence Creative Commons