À Charles Spon, le 10 mars 1648
Note [4]

Qui le maîtrise est ici à comprendre comme « qui est plus forte que lui », et « particulière » comme « secrète, renfrognée » ; il faut en somme comprendre que Nicolas Piètre avait fort mauvais caractère.

V. note [70] des Décrets et assemblées de la Faculté de médecine en 1651‑1652 pour l’élection de Guy Patin au professorat de chirurgie le 9 novembre 1645. Il avait été titulaire de cette chaire d’octobre 1646 à octobre 1647.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 mars 1648. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0151&cln=4

(Consulté le 17.09.2021)

Licence Creative Commons