À Charles Spon, le 1er juillet 1650
Note [4]

Journal de la Fronde (volume i, fo 245 ro, Paris le 1er juillet 1650) :

« M. le prince de Conti a toujours son indisposition ordinaire, laquelle augmente si fort que les médecins n’espèrent pas qu’il puisse vivre encore deux mois. On assure qu’il a été résolu de donner après sa mort tous les bénéfices à M. le duc d’Anjou. » {a}


  1. Sic pour Valois. V. note [6], lettre 735, pour les trois filles aînées (nées en 1645, 1646 et 1648) de Gaston d’Orléans et Marguerite de Lorraine ; un prince, Jean-Gaston, duc de Valois, allait enfin naître (v. note [1], lettre 242).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er juillet 1650. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0235&cln=4

(Consulté le 29.03.2020)

Licence Creative Commons