À André Falconet, le 4 octobre 1651
Note [4]

La royale Couronne des rois d’Arles, enrichie de l’histoire des empereurs romains, des rois des Goths et des rois de France qui ont résidé dans son enclos, de l’état de sa république, de sa subjection aux comtes de Provence, et du bonheur que ses concitoyens ont d’être retournés sous l’obéissance du roi très-chrétien. Œuvre très curieuse, émaillée des plus belles antiquités qu’on a pu tirer des excellents cabinets de ce temps. Dédiée à Messieurs les consuls et gouverneurs de la ville et cité dudit Arles. Par M. I. [Jean-Baptiste] Bouis, prêtre (Avignon, Jacques Bramereau, 1641, in‑4o).

Le troisième chapitre de la quatrième partie, Charles viii son fils [le fils de Louis xi] conquit Naples et la Sicile ; chassa les juifs d’Arles et de Provence ; et des reliques de saint Antoine, contient (pages 474‑475) le passage dont parlait Guy Patin :

« Les consuls d’Arles entendaient les plaintes que tous les habitants faisaient contre les perfides juifs qui habitaient dans la ville à cause des usures qu’ils commettaient, car Arles, qui est une ville de ménagerie {a} sujette à la bonne ou mauvaise saison, les juifs se servant de l’occasion, offraient de l’argent à l’usure aux habitants d’Arles, ce qui leur causait le sommeil d’une vaine espérance de pouvoir supporter telle tyrannie ; mais cela était la perte de toutes leurs commodités. Et comme dans Rome les usures furent la cause de sédition, ainsi que l’assure Tacite, aussi dans Arles le peuple s’était si fort ému qu’on eut beaucoup de la peine d’éviter que tous les juifs ne fussent jetés dans le Rhône ; de quoi le roi Charles {b} averti et désirant de capter toujours mieux le cœur des habitants d’Arles, chassa par son édit cette maudite race de la ville et de son terroir, l’an 1493. » {c}


  1. Marché agricole.

  2. Charles viii.

  3. V. note [9], lettre 273, pour la suite.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 octobre 1651. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0268&cln=4

(Consulté le 19.05.2022)

Licence Creative Commons