À André Falconet, le 4 septembre 1665
Note [4]

« à moins que ce ne soient des moutons dorés ».

Robin : « terme de mépris dont on se sert en parlant des gens de robe. Il est familier » (Académie). Littré DLF donne aussi robe pour origine de robin, mais Furetière en dit « nom propre qui est demeuré en ces phrases proverbiales : il souvient toujours à Robin de ses flûtes ; il fit comme Robin fit à la danse, tout du mieux qu’il put. On dit aussi par mépris à un homme, vous êtes un plaisant Robin ». La Curne précise que : « Robin et Marion est le titre d’une pastorale dramatique composée par Adam de La Halle vers 1281 pour rappeler la patrie aux Français du royaume de Naples. Une jolie bergère, sollicitée par un chevalier, résiste à ses instances et lui préfère un berger ; quand le poursuivant est éconduit, le berger et la bergère s’ébattent et folâtrent avec leurs amis. » D’où s’explique l’allusion ovine de Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 septembre 1665. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0832&cln=4

(Consulté le 16.05.2021)

Licence Creative Commons