À Christiaen Utenbogard, les 10 et 28 mars 1664
Note [4]

Dans ses deux ultimes lettres à Johannes Antonides Vander Linden (28 et 29 février 1664), Guy Patin lui avait annoncé ce paquet à partager avec Christiaen Utenbogard, confié à Arnold ii Leers (mais retardé à Rouen par la mauvaise mer). La mort de Linden compliquait la remise à Utenbogard de la part qui lui en revenait.

En 1663, Denis Joncquet avait obtenu le transfert au Jardin royal, situé dans le faubourg Saint-Victor (v. note [4], lettre 60), du jardin qu’il avait lui-même créé au faubourg Saint-Jacques (v. note [2], lettre 699). Il en avait décrit la riche flore dans son Hortus (Paris, 1659, v. note [13], lettre 549), qu’Utenbogard souhaitait avoir. L’hommage appuyé que Joncquet avait rendu à François Guénault dans l’épître de son livre (v. note [7], lettre latine 280) n’avait sans doute pas été infructueux ; cela s’assortissait pour lui d’une charge de démonstrateur au Jardin du roi.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, les 10 et 28 mars 1664. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1324&cln=4

(Consulté le 14.11.2019)

Licence Creative Commons