À Thomas Bartholin, le 27 juin 1664
Note [4]

Traduction fidèle du manuscrit (Si noveris nobilem illum Danum), mais assertion surprenante car Guy Patin avait assidûment tenu Thomas Bartholin informé sur la santé de Janus Rosenkrantz, malade à Paris, dans ses lettres des 13 août, 24 août et 7 septembre 1663. Il est probable que, par inattention, Patin ait écrit Si noveris [Si vous connaissez] pour Si nancisceris [Si vous rencontrez].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 27 juin 1664. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1335&cln=4

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons