À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 28 mai 1665
Note [4]

Le court texte d’exégèse biblique de Samuel Bochart « sur le Paradis terreste », que Guy Patin attendait avec impatience, n’a paru que bien plus tard, dans les :

Samuelis Bocharti Opera omnia. Hoc est Phaleg, Canaan, et Hierozoicon. Quibus accessere variæ Dissertationes, hactenus fere ineditæ, in quibus multa Philologica, Geographica, Chronologica, Historica, etc. multaque Sacræ Scripturæ et meliorum omnis generis auctorum loca, eruditissime exponuntur, ut et Paradisi terrestris delineatio ad Bocharti mentem a Stephano Morino concinnata. Præmittitur Vita Cl. Auctoris ab eodem Morino litteris mandata cum variorum ejus Operum recensione ; imo et Paradisi Terrestris ad ejus mentem delineatione. Succedunt varii Indices, vel novi, vel longe quam antea auctiores et emendatiores ; passim denique Operi insertæ sunt Tabulæ Geographicæ prioribus et ampliores et luculentiores. Editio tertia : in qua locupletanda, exornanda, et corrigenda, singulare studium posuerunt Johannes Leusden, Ling. Sanct. in Acad. Traject. Prof. et Petrus de Villemandy, V.D.M. et Collegii Theol. Gallo-Belg. Lugd. Regens.

[Œuvres complètes de Samuel Bochart : Phaleg, Canaan, {a} et Hierozoicon ; {b} à quoi ont été ajoutées diverses Dissertations en grande partie inédites jusqu’ici, où sont très savamment exposés quantité de notions philologiques, géographiques, chronologiques, historiques, etc., et maints passages de la Sainte Écriture et des meilleurs auteurs en tout genre ; ainsi que la Description du Paradis terresre qu’Étienne Morin a composée selon l’esprit de l’auteur. {c} En introduction, ledit Morin a rédigé une vie de l’auteur, avec la liste de ses ouvrages et une dissertation sur le Paradis terrestre. {d} Suivent divers index, soit nouveaux soit beaucoup plus complets et bien mieux corrigés qu’auparavant ; enfin, l’ouvrage est partout illustré de cartes géographiques bien plus belles et détaillées que celles des précédentes. Troisième édition que Johannes Leusden, professeurs de langues sacrées eu l’Université d’Utrecht et Pierre de Villemandy, ministre de la Parole divine, régent de théologie du collège franco-belge de Leyde]. {e}


  1. V. note [34], lettre 237, pour Samuel Bochart et pour les deux volumes de sa Geographia sacra [Géographie sacrée] de Bochart, Phaleg et Canaan (Caen, 1646).

  2. « Bestiaire sacré », sur les animaux de la Sainte Écriture (Londres, 1663, v. note [14], lettre 585) ;

  3. Le théologien calviniste français et orientaliste érudit Étienne Morin (1625-1700) a travaillé avec Bochart à partir de 1664, et se réfugia aux Pays-Bas en 1685.

    Le titre latin du livre qualifie par erreur de delineatio [description] la Dissertatio de Paradiso terrestri [Dissertation sur le Paradis terreste] qu’il a écrite (pages 7‑28).

  4. Annoncée ici avec emphase, cette « Description » se limite aux pages 29‑30 : Paradisi terrestris situs juxta Sam. Bochartum, ex epistola quadam ad Lodovic. Capellum, S. Theol. in Academia Selmuriensi Professorem, exceptus [Localisation du Paradis terresyre selon Samuel Bochart, tirée d’une lettre écrite à Louis Capelle, professeur de théologie sacrée de l’Académie de Saumur].

  5. Leyde, Cornelius Boutesteyn et Jordanus Luchtsman, et Utrecht Guilielmus vande Water, 1692, in‑4o, avec un frontispice représentant Adam entouré des animaux terrestres, et un portrait de Bochart, orné de ces vers :

    Neustria se tanti matrem miratur alumni,
    Quem stupet ut rarum Numinis orbis opus.
    Quidquid Arabs, Phœnix, Graius, docuitque Latinus
    Inclusum vasto pectore solu habet :

    P. du Bosc, Ao 1663.

    [La Neustrie {i} s’émerveille d’être la mère d’un si grand enfant, elle admire que la Divinité ait produit un si rare personnage. Seul il possède, inclus en son vaste cœur, tout ce qu’il a enseigné en arabe, en phénicien, {ii} en grec et en latin.

    P. du Bosc, 1663]. {iii}

    1. L’ancien royaume franc de Neustrie incluait la Normandie : Bochart était natif de Rouen.

    2. Langue de Chanaan, dont a dérivé l’hébreu.

    3. Pierre Du Bosc (Bayeux 1623-Rotterdam 1692), théologien et prédicateur calviniste français, avait été nommé adjoint de Bochart, dans le temple de Caen, en 1645.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 28 mai 1665. Note 4

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1386&cln=4

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons