Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644
Note [4]

V. note [8], lettre 333, pour le prévôt de Paris, titre honorifique conféré au haut magistrat dont les lieutenants exerçaient le pouvoir judiciaire au Châtelet de Paris, juridiction dite subalterne car ses tribunaux avaient une compétence inférieure à celle des compagnies (ou cours) souveraines, telles que le Parlement et la Cour des monnaies (v. note [45], lettre 152).

V. note [52], lettre 101, pour la sentence prononcée le 9 décembre 1643 contre Théophraste Renaudot par le prévôt de Paris, qui était alors Louis Séguier (v. note [19], lettre 464).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=4

(Consulté le 13.07.2020)

Licence Creative Commons