À Charles Spon, le 16 novembre 1643
Note [40]

« comme c’est habituel au dévot sexe féminin » :

Sancta Maria, succure miseris, iuva pusillanimes, refove flebiles, ora pro populo, interveni pro clero, intercede pro devoto fœmineo sexu. Sentiant omnes tuum iuvamen, quicumque celebrant tuam sanctam commemorationem.

[Sainte Marie, viens au secours des pauvres, aide ceux qui ont peur, rends la ferveur aux faibles, prie pour le peuple, interviens pour ceux qui servent les autres, intercède pour le dévot sexe des femmes ; que tous se sachent aidés quand ils se souviennent de toi avec ferveur]. {a}


  1. Ce Sancta Maria est une antienne de l’office de la Sainte Vierge composée par saint Augustin d’Hippone (sermon 18, De Sanctis).

Olivier Le Fèvre d’Ormesson (Journal, tome i, page 110) :

« Le mardi 22 septembre, […] M. Pichotel et M. de Vilsavin, officier de la reine, me dirent que la reine était indisposée ; qu’elle avait grande impatience d’aller loger au Palais-Cardinal, que l’on appelle Palais-Royal. Ils se plaignaient de son gouvernement. Ils disaient qu’elle donnait tout, tandis qu’on ne pouvait trouver d’argent pour l’armée ; qu’elle ne se souvenait plus de ses anciens serviteurs et que le peuple commençait à murmurer ; que le duc d’Enghien s’en retournerait à son armée avec le colonel Rantzau, pourvu qu’on lui baillât de l’argent pour lui faire faire deux montres, {a} et qu’ils passeraient le Rhin. L’on disait parlant du temps présent :

“ La reine donne tout,
Monsieur joue tout,
M. le Prince prend tout,
Le cardinal Mazarin fait tout,
Le chancelier scelle tout. ” » {b}


  1. Revues des troupes.

  2. V. note [28], lettre 86.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1643. Note 40

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0097&cln=40

(Consulté le 11.07.2020)

Licence Creative Commons