À Charles Spon, le 6 janvier 1654
Note [40]

Passevolant : « faux soldat et non enrôlé qu’un capitaine fait passer aux revues pour montrer que sa compagnie est complète ou pour en tirer la paye à son profit. Les passevolants sont condamnés à être marqués d’une fleur de lis à la joue par un règlement de l’an 1668 » (Furetière).

« Le cardinal Palavicin compare les mots superflus aux passevolants ; et il dit que les lecteurs délicats ont autant de peine à voir une même chose revêtue de paroles différentes que les commissaires des guerres en ont à voir passer plusieurs fois en revue les mêmes soldats sous des habits différents. Passevolant se dit figurément d’un homme qui s’introduit dans une partie de plaisir, de dépense, sans en être prié et qui entre à la comédie sans payer : Alienarum mensarum importunus affectator [fâcheux qui est à l’affût de la table d’autrui]. Nous ne voulons point de passevolants parmi nous. Les comédiens ont demandé des gardes pour empêcher les passevolants d’entrer » (Trévoux).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 janvier 1654. Note 40

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0336&cln=40

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons