Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit
Note [40]

« Comment pourrais-je donc être joyeux quand l’aînée des Furies est couchée à mes côtés ? (Énéide, chant vi). »

La référence au chant vi (vers 605‑606) de Virgile est ajoutée dans la marge de gauche :

…Furiarum maxima juxta
accubat et manibus prohibet contingere mensas
.

[L’aînée des Furies, {a} couchée là auprès, empêche les mains de toucher aux tables].


  1. V. première notule {d}, note [35], lettre 399, pour les trois Furies, dont Mégère était l’aînée.

Bayle (note K) s’est très longuement épanché sur la vie déréglée de Baudius. Son épouse se prénommait Sophie, et il lui en fit voir de toutes les couleurs.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit. Note 40

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8202&cln=40

(Consulté le 10.08.2022)

Licence Creative Commons