À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651, note 42.
Note [42]

« de suraô, c’est-à-dire je tire »

Guy Patin était si sûr de son fait qu’il écrivait ici sirop (comme plusieurs autres ailleurs) avec un y (upsilon), syrop ; suraô n’étant attesté dans aucun dictionnaire de grec ancien, sans doute voulait-il écrire συρω et rejoindre l’étymologie que Furetière a ajoutée à celle de Ménage :

« D’autres le dérivent du grec syrô, qui signifie “ je tire ”, et de opos, qui signifie “ suc ”. »

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Gilles Ménage, le 20 juillet 1651, note 42.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1019&cln=42

(Consulté le 26/02/2024)

Licence Creative Commons