Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit
Note [42]

« qui triche en vin, triche en confiance. »

Vincentius Obsopœus (ou Opsopœus, Vinzenz Heidecker, Passau, Bavière vers 1485-Ansbach 1539), médecin et philologue, fut recteur luthérien du gymnasium d’Ansbach. L’expression se trouve en effet dans ses De Arte bibendi libri tres… [Trois livres sur l’Art de boire…], {a} avec ces vers du livre troisième (bas de la page m vo) :

Quamvis laudo minus factas in nectare fraudes :
Qui fallit vino, fallit ille fide.
Si tamen insidiis alios et fraude videbis
Niteri, insidias vina bibendo strue.
Fraude sinunt Bacchi leges depellere fraudem,
Cæsaris ut vim vi pellere iura sinunt
.

[Il est vrai que je ne prise guère le nectar frelaté : qui triche en vin triche en confiance. {b} Si pourtant tu soupçonnes les autres de chercher à te leurrer et piéger, déjoue leurs ruses en buvant leurs vins. Les lois de Bacchus permettent de déjouer la fraude par la fraude, aussi bien que celles de César permettent de repousser la force par la force].


  1. Nuremberg, Ioh. Petreius, 1536, in‑4o de 12 feuilles.

  2. Ce passage mis en exergue correspond à la citation du Borboniana, mais lui donne un sens un peu différent : il ne s’agit pas de refuser de boire du vin, mais de le frelater, « qui frelate le vin frelate le reste ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 1 manuscrit. Note 42

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8202&cln=42

(Consulté le 10.08.2022)

Licence Creative Commons