À Charles Spon, le 10 août 1649
Note [43]

Le comte d’Alais avait maintenu sa pression sur la Provence jusqu’à la conclusion de la paix ; Journal de la Fronde (volume i, fos 80 ro et vo, et 84 ro, août 1649) :

« Le 17 on eut avis de Provence du 10 que le comte d’Alais avait fait piller la maison du sieur de La Roque, président au parlement d’Aix ; et que delà étant allé en la maison du sieur de Saint-Paul, il en avait été repoussé après deux assauts et qu’il avait été contraint de l’abandonner par la forte résistance du sieur Maine, qui y commandait dedans. Delà ce comte était allé mettre le feu à la maison des pressoirs {a} où il y avait quatre moulins à papier qui valaient bien 40 mille livres, le tout appartenant au sieur Valbelle, conseiller du même parlement ; et encore delà à Meyrargues qui est encore une autre maison du même conseiller, laquelle il battait avec deux pièces de canon. Le comte de Maugiron étant allé à Tarascon pour faire conduire du blé à Marseille par ordre du comte d’Alais, la populace de cette ville-là, qui tient le parti de ce comte aussi bien que Toulon et Brignoles, se jeta sur le sieur de Maugiron, le prenant pour son frère qui tient pour le parlement d’Aix, mais il fut sauvé après qu’on l’eut reconnu. […]
De Provence l’on mandait {b} que le comte d’Alais ayant pris le château de Meyrargues, avait fait pendre celui qui commandait avec un des consuls du village qui s’était retiré dans ledit château avec les habitants, lesquels il fit tous dépouiller et les fit sortir en chemise ; et delà il retourna attaquer le château de Saint-Paul, dont il avait été repoussé auparavant ; ce qui anima si fort Messieurs d’Aix qu’ils envoyèrent aussitôt des troupes en divers endroits pour attaquer ceux de ce comte de tous côtés. Le sieur de Barras se jeta dans Saint-Paul avec 300 hommes après une rude escarmouche pour y pacifier les affaires de la part du roi. »


  1. Mot de graphie incertaine.

  2. Le 24 août.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 août 1649. Note 43

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0192&cln=43

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons