À Charles Spon, le 22 février 1656
Note [45]

Sans cesse relancée depuis 1536, la guerre de l’antimoine qui clivait la Faculté de médecine de Paris ne s’éteignit définitivement qu’en 1666 ; mais la quantité de libelles qui avaient paru en 1654-1655 devait en lasser beaucoup, et d’ailleurs on cessa d’en imprimer.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 février 1656. Note 45

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0433&cln=45

(Consulté le 21.04.2021)

Licence Creative Commons