Annexe : Deux lettres de Guy Patin à ses fils
Note [45]

« Sans doute Guy Patin songe-t-il simplement au droit d’intercession qu’avaient toutes les vestales. J. Lipse, entre autres, l’avait mentionné dans son De Vesta et vestalibus Syntagma, Antverpiæ, ex offic. Plantiniana, apud I. Moretum, 1603, in‑4o, page 37 » (Pintard a).

La présence des vestales sauvait la vie au criminel qu’elles rencontraient fortuitement pendant qu’on le menait au supplice. Elles étaient des conseillères publiques : on les employait souvent pour rétablir la paix dans les familles, pour réconcilier des ennemis, pour suppléer dans certaines conjonctures au silence de la loi (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Deux lettres de Guy Patin à ses fils. Note 45

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8003&cln=45

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons