À Charles Spon, le 10 mai 1652
Note [46]

Journal de la Fronde (volume ii, fo 76 ro, 10 mai 1652) :

« Les députés de la Cour des aides et de l’Hôtel de Ville étant allés à Saint-Germain le 7, le président Dorieu, {a} y ayant fait sa harangue, on ne lui fit autre réponse, sinon que le roi voulait être obéi et qu’ils avaient grand tort d’avoir souffert que le président Garnier {b} ait pris la commission d’intendant de justice de l’armée des rebelles. Le prévôt des marchands y parla fort vigoureusement contre le cardinal Mazarin. La réponse fut de même, que le roi voulait être obéi sans condition et qu’ils ne devaient pas avoir souffert que M. le Prince entrât dans Paris, ni qu’on rompît les ponts pour empêcher le roi d’y venir. »


  1. Jean Dorieu, président en la Cour des aides.

  2. Emmanuel-François Garnier, autre président en la même Cour.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 mai 1652. Note 46

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0286&cln=46

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons