À Charles Spon, le 9 octobre 1654
Note [46]

« Ainsi m’a protégé Apollon » (v. note [54], lettre 183).

On admire ici le scrupule que mettait le garde des sceaux, Mathieu i Molé, à remplir les plus infimes de ses tâches ; Guy Patin, que tout ce cérémonial impressionnait fort, en donnait la raison plausible dans la phrase suivante.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 9 octobre 1654. Note 46

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0372&cln=46

(Consulté le 16.09.2019)

Licence Creative Commons