Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium
Note [46]

Guy Patin (ou son copiste) se trompait dans sa référence au fameux discours de Galien sur Philon de Tarse et son philonium (v. supra note [41]) : il se trouve dans le chapitre iv, De medicamentis anodynis et colicis appellatis [Médicaments appelés anodins et coliques], du livre ix (et non pas viii) du traité « de la Composition des médicaments selon les lieux ». Authentique leçon d’interprétation mythologique et de pharmacie antique (encore en vigueur au xviie s.), il mérite bien d’être entièrement transcrit (dans la version latine, tirée du grec, qu’en ont donnée René Chartier, tome xiii, pages 608‑610 et, après lui, Kühn, tome xiii, pages 267‑276), et traduit en français :

Ejusmodi igitur medicamentorum compositiones inter tussiculares appellatas confectiones sunt relatæ, verum dolorem sedantes, anodynæque et colicæ dictæ, quæ ejusdem quidem generis cum illis sunt, multum autem facultatibus illas exuperant, in hoc sermone ostenduntur. Prima itaque ex ipsis priscis temporibus, ut apparet, celebris fuit, quam Philo prodidit et de qua ipse hanc elegiam fecit.

Philonis antidotus.

En me Tarsensis medici prægrande Philonis
Inventum, mala quod multa dolore levo.
Sive colum doleas, seu tu jecur, auxiliabor,
Seu lapis infestet, difficile aut lotium.
Et medeor spleni hinc, orthopnœæque molestæ,
Convulsa atque tabem protinus exupero.
Pleuritimque malam et sputum vomitumque cruoris
Evinco, mortis terror et hostis ego.
Viscera tentantes omnes ego sedo dolores,
Interna et quicquid membra dolore quatit.
Tussim, singultum, destillantesque fluores
Sisto, etiam si quid strangulet, excipio.
Me dedit ille auctor sapienti munera magna
Discipulo, stupidos nil ego curo viros.
Fragrantem fulvumque pilum pueri cape, cujus
Fulget adhuc campis Mercurii ille cruor,
Pondus ad humanos sensus perpendito prudens,
Dein drachmæ pondo Nauplion Euboicum.
Inde Menœtiadæ occisoris ponito drachmam,
Qui pecoris densis ventribus excipitur.
Viginti et drachmas candentis conjice flammæ,
Et totidem fabæ post suis Arcadicæ.
Et drachmam dictæ falso radicis, ab ipsa
Terra, Pissæo quæ Iove clara manet.
Cumque pion scribes, voci caput amplius addes,
Masculum Achivorum nominis articulum.
Indeque post drachmas expensæ sumito lancis
Quinque bis. Atque istæc providus excipito.
Natarum tauri textura Cecropidarum.
Sic mecum Triccæ progeniesque facit.

[Galeni explicatio antidoti Philonis.] In his versibus Philo jubet croci drachmas quinque conjici, pyrethri unam, euphorbii unam, spicæ nardi unam, piperis autem albi et hyoscyami par pondus, utriusque drach. Viginti, opii vero drach. Decem. Primi quidem igitur duo versus crocum indicant, ut qui fulvus colore sit et tenus ad formam pilorum. Cruorem autem croci fulgere adhuc in campis Mercurii dicit. Adolescens enim Crocus appellatus cum Mercurio disco ludens et incuriosius consistens, illapso in caput ipsius disco, statim mortuus est, ex sanguine autem ipsius in terram acto crocus natus est. Fulgere vero cruorem dixit, hoc est sanguinem jam occisi, propter coloris croci splendorem. Scribitur autem non solum campis, sed et herbis in versu, hoc modo, Fulget adhuc herbis Mercurii ille cruor. Cæterum pondus croci Ӡ v esse vult, quum humanos sensus perpendere jussit, qui quinque numero existunt. Quod vero drachmas quinque esse velit et neque obolos, neque libras, neque aliud quicquam tale, per sequentia commonstrat, primum quidem quum ait, dein drach. Pondo Nauplion Euboicum. Deinde vero et consequenter cum aliis, idem drach. nomen apponit. Nauplion itaque Euboicum pyrethrum vocat, propterea quod Nauplius magnis pyris incensis, ut aiunt circa Euboeæ portum, multos Græcorum decepit, ut perirent, tanquam ad regionem portus bonos habentem applicantes. Id ipsum vero ob Palamedis necem ipsum fecisse tradunt. At vero et euphorbium similiter his ænigmatice vocavit, quum ait, inde Menœtiadæ occisoris ponito drachmam. Quandoquidem poëta Patroclum sic loquentem facit :

Sed me Parca ferox latonæ et filius aufert,
Atque vir Euphorbus.

Pecoris autem, hoc est ovium ventribus excipi et asservari euphorbium ait, propterea quod hos solos non corrumpit et ob hoc in his reponi medicamentum potest. Est porro euphorbium plantæ cujusdam spinosæ in Maurusiorum terra nascentis succus, facultate calidissimus, et de ipso libellus parvus scriptus est Iubæ regi Maurusiorum. Consequenter vero Philo ait, viginti et drachmas candentis coniice flammæ, piper album per hoc significans. Est autem stomacho commodius et acrius quam nigrum. Viginti insuper drachmas seminis hyoscyami injicere jubet, quod ænigmatice fabam suis Aracadicæ appellat, quandoquidem aprum Erymanthium Hercules occidisse fertur, qui in Arcadum terra fuit connutritus. Quin et nardi ipsius drach. j conjiciendam censet, quam radicem falso dictam appellat, quandoquidem spica nardi vere nominatur. Vult autem eam Creticam esse, quum ait, ab ipsa terra, Pissæo, quæ Jove clara manet, quandoquidem fabularum scriptores Jovem in Dictæo Cretæ monte educatum ajunt, occultatum ibidem a matre Rhea, ne et ipse a patre Saturno devoraretur. Apposuit autem Jovi epitheton Pissæi, quemadmodum multi etiam extra poëticam in communi sermone dicere solent, per Æsculapium Pergamæum, per Dianam Ephesiam, per Delphicum Apollinem, per Vestam Eleusiniam. Quidam vero non Creticam terram, sed Indicam indicatam esse ajunt, ex qua ebur affertur, ex hoc enim statuam Jovis in Pissa factam ac formatam esse. His omnibus et papaveris succum admisceri jubet, qui recepto a medicis more privatim opium appellatur, quum nullus aliorum succorum quantumvis multi sint, in neutro genere, opium videlicet, nominetur. Quando igitur ipsum nomen opion, ex voce o et pion componitur, ob id sane inquit :

Cumque pion scribes, voci caput amplius addes
Masculum Achivorum nominis articulum.
Indeque post drachmas expensæ sumito lancis
Quinque bis etc.

Hoc est injice et opii drach. x. Superest posterum, quo omnia hæc trita excipiuntur, ipsum mel, itidem conjecturaliter ab ipso appellatum. Natarum tauri textura, quandoquidem ex putrescentibus tauris apes generari tradunt. Quod autem Atticum ipsum mel esse velit, ea gratia addidit, Cecropidarum, hoc est Atheniensium. Cæterum per extremum versum ostendit, etiam Asclepiadas hoc medicamentum sic præparare. Ex Tricca enim generis sui originem ducunt, ex quorum ordine et poëta est. Hæc ferme prima antidotorum dolores sedantium celebris facta est. Juxta hanc autem aliis partim ad ipsam apositis, partim detractis, aut apponderationibus permutatis, posteri magnum antidotorum dolores sedantium numerum fecerunt, quas etiam colicas vocant, denominatione ab affectione, quæ maximos dolores habet, deducta. Ego vero primum quidem generales componendi ipsas modos referam, deinde, velut consuevi, etiam particularium materium seriem, quantum latissime se expandit, subscribam. Opium itaque fortissimum est ex iis, quæ sensum stupefaciunt ac somnum soporiferum inducunt. Operatur autem hæc etiam solum sapa dilutum, deinde tormento exceptum, ac sedi inditum, itemque fronti ac naribus illitum, si vero cum alio quopiam vim ipsius moderante misceatur, moderatius hæc facit. Verum quæ admiscentur ipsi, aut concoquere aut mitigare dolorosam affectionem oportet, aut humores affectionem efficientes discutere, aut incidere, aut attenuare, aut juxta totam substantiam alterare. At vero neque ignorare vos puto, optimum esse compositionis scopum, qui trium conjectationi sit intentus, nimirum ut et sensus stupefiat et nullum in posterum inde circa particulam detrimentum permaneat, ampliusque ut affectio ipsa maxime inde juvetur. Ad hæc igitur respiciens Philo mihi videtur hoc medicamentum, de quo jam proposuimus dicere, composuisse, ex opii quidem et hyoscyami mixtura somnum soporiferum et sensitivæ facultatis stuporem inducere volens. Quo vero citius distribuerentur et totorum affectorum corporum profundum penetratrent, calefacientia admiscuit, pyrethrum et euphorbium et piper, quæ nocentes humores discutere possunt et extergere viscosos, ac secare crassos et ventosos flatus attenuare ac evacuare. Est autem non modica concoctoria vis omnium frigidarum affectionum in nardo sita, verum Creticam nardum injicere non oportet, neque omnino eam, quæ apud nos nascitur, quam montanam et herbam narditen magis quam nardum appellant. Est igitur Celtica nardus optimum medicamentum efficiens quæcunque etiam Indica nardus solet, verum ab ipsa viribus deficit, velut etiam a Celtica montana. Quemadmodum autem ex aromaticis appellatis medicamentis Philo solam nardum injecit, sic posterorum alius aliud apposuit, aliqui etiam plura ; quæ vero apponuntur, sunt flos junci odorati et cassia, cinnamonum, amomum et costus. Quemadmodum autem rursus crocum addidit, crudorum humorum concoctorium, itemque affectionum medicatarum, sic alii myrrham et castorium admiscuerunt. Plurimi autem ex ipsis, neque male in hoc facientes, et hæc familiaria semina, de quibus etiam antea in confectionibus ex seminibus constantibus dictum est, addiderunt, quo videlicet amarorum medicamentorum injucunditatem mitigarent et totum medicamentum ad distributionem et urinæ propulsionem instigarent. Si vero et humorum crassitudo attenuari expetat, etiam hoc ipsum faciunt, dico autem apii semen, cumini, dauci, petroselini, anisi et quæcunque ejusmodi existunt. Apponam igitur jam et copiam ac seriem particularium materierum, a prioribus medicis usu ac experientia cognitarum.

[On a rangé des compositions des médicaments de cette classe parmi les confections appelées béchiques ; {a} mais sont ici présentées celles qui apaisent la douleur, dites anodines et coliques, qui appartiennent à la même catégorie qu’elles, tout en les surpassant beaucoup par leurs facultés. Apparemment, la première à avoir acquis de la célébrité dans les temps anciens fut celle que Philon a transmise et sur laquelle il a lui-même composé l’élégie que voici.

Antidote de Philon.

Moi que voici, je suis l’immense invention de Philon, médecin de Tarse, car je soulage la douleur en quantité de maux. Que tu souffres du côlon ou du foie, que la pierre te harcèle ou que tu peines à uriner, je te secourrai. Je soigne aussi la rate et la pénible orthopnée, {b} de même que je surmonte convulsions et consomption. Moi qui suis l’ennemi et la terreur de la mort, j’évince la pleurésie, ainsi que le crachement et le vomissement de sang. Moi, j’apaise toutes les douleurs, qu’elles assaillent les viscères internes ou secouent les membres. Je calme la toux, le hoquet et les écoulements qui ruissellent ; même si quelque gêne étouffe, je l’élimine. Ce créateur m’a donné à un émule qui s’y connaît en grandes faveurs, je ne me préoccupe en rien des hommes niais. Prenez le poil roux et odorant du jeune garçon, dont le sang rutile encore dans les champs de Mercure, pesez-en autant d’unités qu’il existe de sens humains ; ensuite du Nauplios d’Eubée au poids d’une drachme ; mettez-y ensuite une drachme du meurtrier du fils de Ménœtias, qu’on tire des intestins pleins du bétail ; jetez vingt drachmes de flamme éclatante, puis le même poids de fèves de pourceau d’Arcadie ; et une drachme de ce qu’on appelle à tort une racine, et qui vient de cette terre illustre réservée à Jupiter Pisséen ; écrivez alors pion et ajoutez à la tête de ce mot l’article masculin des Grecs ; pesez-en enfin soigneusement deux fois cinq drachmes et mêlez bien le tout avec l’assemblage des filles athéniennes du Taureau. Ainsi les enfants de Tricca s’y prennent-ils avec moi.

(Explication de Galien sur l’antidote de Philon). Dans ces vers, Philon ordonne de mélanger cinq drachmes de safran, une de pyrèthre, une d’euphorbe, une de tête de nard, vingt drachmes de poivre blanc et autant de jusquiame, et dix drachmes d’opium. Les deux premiers vers de la recette indiquent le safran, puisqu’il est de couleur rousse et forme des rameaux fins ressemblant à des cheveux ; il dit aussi que le sang du crocus brille encore dans les champs de Mercure : un jeune homme dénommé Crocus jouant au palet avec Mercure, s’étant imprudemment placé, reçut ce palet sur la tête et mourut sur le coup ; de son sang, qui se répandit dans la terre, naquit le safran. {c} Il dit que le sang rutile, c’est le sang de celui qui vient d’être tué, qui a la couleur éclatante du safran. Ce qui est écrit des champs vaut aussi pour les plantes qui poussent dans les sillons, de sorte que ce sang brille encore dans les herbes de Mercure. Du reste, il veut que le poids de safran soit de 5 drachmes, puis qu’il a prescrit qu’il égale le nombre des sens du corps humain, qui est de cinq. Qu’il veuille qu’il s’agisse de drachmes, et non d’oboles, ni de livres, ni d’aucune autre unité de poids, se déduit de la suite : quand il donne, juste après, la drachme pour poids du Nauplios d’Eubée ; ensuite, il adjoint le même mot de drachme aux autres composants. C’est le pyrèthre qu’il appelle Nauplios d’Eubée, parce que, dit-on, Nauplios, par les grands bûchers qu’il fit allumer autour du port d’Eubée, a abusé quantité de Grecs, pour qu’ils périssent en cherchant à arriver à bon port ; on raconte qu’il a en vérité fait cela pour venger la mort de Palamède. {d} Pareillement, il a énigmatiquement dénommé l’euphorbe quand il dit de mettre une drachme du meurtrier du fils de Ménœtias, puisqu’il imite ainsi le poète parlant de Patrocle :

C’est la Parque fougueuse et le fils de Latone qui m’emportent, et parmi les hommes, Euphorbos. {e}

Il dit que l’euphorbe est recueillie est conservée dans les intestins du bétail, c’est-à-dire des brebis, parce que ce sont les seuls qui n’altèrent pas ce médicament et qu’il peut y être placé. L’euphorbe est le suc d’une plante épineuse qui pousse dans le pays des Maurétaniens ; il est de nature extrêmement chaude ; un opuscule a été écrit à son sujet pour Juba, roi des Maurétaniens. {f} Philon dit ensuite jetez vingt drachmes de flamme éclatante, voulant parler du poivre blanc qui, en outre, est plus accommodant pour l’estomac et plus âcre que le noir. Puis il ordonne d’ajouter vingt drachmes de graine de jusquiame, qu’il appelle allégoriquement fève de pourceau d’Arcadie car, dit-on, Hercule a tué le sanglier d’Érymanthe qui se nourrissait sur la terre d’Arcadie. {g} Il décide ensuite qu’il faut ajouter une drachme de nard, qu’il dit être appelée à tort une racine, puis qu’on la nomme véritablement tête de nard ; {h} mais il veut qu’elle soit de Crète, parlant de la terre illustre réservée à Jupiter pisséen, puisque les auteurs des récits mythiques disent que Jupiter est né sur le mont Dicté en Crète, que sa mère Rhéa y a veillé sur lui pour que Saturne, son propre père, ne le dévore pas. {i} Il a aussi mis à Jupiter l’épithète pisséen car, en dehors de la poésie, beaucoup ont coutume de dire par Esculape de Pergame, par Diane d’Éphèse, par Apollon de Delphes, par Vesta d’Éleusis ; mais certains disent que cela n’indique pas la terre de Crète, mais celle d’Inde, d’où l’on apporte l’ivoire, et on y a en effet érigé une statue de Jupiter sculptée en cette matière. Il ordonne de mêler à tout cela du suc de pavot, à qui, par coutume établie, les médecins donnent le nom d’opium, tandis qu’aucun des autres sucs, si nombreux puissent-ils être, ne se décline, comme l’opium, au genre neutre. En dépit de cela, il affirme que le nom opion est tiré des mots o et pion :

Écrivez alors pion et ajoutez à la tête de ce mot l’article masculin des Grecs ; {j} pesez-en enfin soigneusement deux fois cinq drachmes, etc. ;

pour dire d’y ajouter 10 drachmes d’opium. Il reste à expliquer à quoi tous ces composants broyés sont mêlés. Il s’agit de miel, qu’il a de même nommé conjecturalement : c’est l’assemblage des filles du taureau, car on raconte que les taureaux en putréfaction engendrent les abeilles. Parce qu’il a voulu que ce miel soit attique, il a donc ajouté que ce soit celui des enfants de Cécrops, c’est-à-dire des Athéniens. {k} Par le dernier vers, il fait voir, du reste, que les Asclépiades préparent encore ainsi ce médicament : elles tirent en effet de Tricca l’origine de leur race, à laquelle appartient notre poète. {l} Beaucoup ont communément établi cette préparation comme le premier des antidotes apaisant les douleurs ; mais à côté d’elle, soit en y ajoutant des composants, soit en en retranchant, ou en en changeant les doses, la postérité a fabriqué nombre d’alexitères antalgiques, qu’elle a aussi appelés coliques, en en déduisant la dénomination de l’affection qui provoque les plus grandes douleurs. Je consignerai en premier les manières générales de les composer ; ensuite, comme j’en ai l’habitude, je décrirai la suite des ingrédients particuliers, si étendue puisse-t-elle être. L’opium y est le plus puissant des soporatifs, ceux qui étourdissent les sens et induisent le sommeil ; il agit en étant dilué seul dans du vin cuit, ou en étant appliqué à l’endroit de la souffrance, en suppositoire, ou en onction sur le front et sur le nez. On l’atténue néanmoins en le mêlant à quelque autre substance qui diminue sa puissance. Ce qu’on lui adjoint doit toutefois servir soit à résoudre ou atténuer l’affection qui provoque la douleur, soit à dissiper les humeurs qui provoquent la maladie, ou à les éroder ou les affaiblir, soit à changer de manière égale la substance tout entière du corps. Vous n’ignorez pas cependant, je pense, que la meilleure vertu d’une composition est de viser trois objectifs : en même temps qu’elle étourdit les sens, elle ne doit pas provoquer de dégât durable dans la partie atteinte et, surtout, elle doit être très bénéfique pour l’évolution de la maladie. C’est en prêtant attention à cela, me semble-t-il, que Philon a composé le médicament dont nous avons parlé plus haut : il a voulu que le mélange d’opium et de jusquiame induise un sommeil profond et l’engourdissement de la faculté sensitive ; et pour qu’elle diffuse plus rapidement et pénètre dans la profondeur de tous les corps affectés, il y a mêlé des échauffants, pyrèthre, euphorbe et poivre, qui peuvent dissiper les humeurs nuisibles, nettoyer les humeurs visqueuses, morceler les humeurs épaisses, et affaiblir et évacuer les flatuosités venteuses. Il s’y trouve aussi le pouvoir non négligeable de favoriser la coction de toutes les affections froides que possède le nard ; mais il ne faut pas y mettre du nard de Crète, ni aucun de ceux qui poussent chez nous, qu’on appelle bien plutôt nardet montagnard ou herbeux que nard proprement dit. Le nard celtique est donc le meilleur médicament, {m} il exerce ordinairement les mêmes effets que le nard indien, sans égaler la puissance de celui qui vient des Alpes. Étant donné que Philon a mis le nard comme seul représentant des médicaments qu’on appelle aromatiques, un de ceux qui sont venus après lui l’a remplacé par un autre, et certains même par plusieurs autres : ils y ont ajouté la fleur de jonc odorant, {n} la casse, la cannelle, l’amome, le costus. {o} De même, il a mis du safran, qui provoque la coction des humeurs crues, ainsi que des poisons ; d’autres y ont ainsi mêlé de la myrrhe et du castoréum. Beaucoup de ceux-là, sans mal agir pour autant, ont ajouté quantité de graines domestiques, dont on a aussi parlé plus haut dans les confections tirées des graines qui s’allient harmonieusement, pour adoucir le désagrément des médicaments amers, et pour favoriser la bonne diffusion de tout le médicament et l’évacuation de l’urine. Si l’épaisseur des humeurs a besoin d’être atténuée, je dis qu’y conviennent aussi les graines d’ache, de cumin, de daucus, de persil, d’anis, et de tout ce qui existe de ce genre. J’y ajouterai encore de nombreuses et diverses matières particulières, que nous ont fait connaître l’usage et l’expérience des médecins qui nous ont précédés].


  1. Antitussifs.

  2. Gêne respiratoire en position couchée (v. note [35], lettre 216).

  3. Crocus en latin, κροκος en grec, v. note [52], lettre latine 351.

  4. Nauplios, fils de Neptune, était roi d’Eubée, grande île de la mer Égée. Palamède, fils de Nauplios, mourut victime de la vengeance d’Ulysse qui le fit accuser de trahison et obtint des Grecs qu’ils le condamnassent à la lapidation.

    Pyrèthre : « plante dont les feuilles et les branches ressemblent au daucus sauvage et au fenouil, et qui porte un bouquet également rond, semblable à celui de l’aneth. Sa racine est de la grosseur d’un pouce, et d’un goût fort brûlant et chaud. Elle est longue et de couleur rousse, tirant sur le noir. Étant tenue à la bouche et mâchée, elle attire quantité d’humeurs pituiteuses et fait distiller beaucoup de salive ; ce qui la fait appeler Herba salivaris. Elle est aussi très bonne au mal de dents qui vient de cause froide, à une douleur de tête invétérée, à l’apoplexie, à l’épilepsie, à la paralysie, et à toutes les maladies qui proviennent de pituite amassée dans le cerveau. Ce mot est grec, purethron et vient de pur, feu » (Thomas Corneille).

  5. Homère (Iliade, chant xvi) :

    Αλλα με Μοιρ ολοη και Λητους εκτανεν υιος,
    Ανδρων δ’ Ευφορβος.

    Le fils de Latone est Apollon ; Euphorbe est le guerrier troyen, fils de Panthoos, qui acheva Patrocle, l’ami d’Achille et le fils de Ménœtias. V. note [6], lettre latine 75, pour la plante médicinale qui porte le nom d’euphorbe.

  6. Partie de l’actuel Maghreb, la Maurétanie antique, formant le nord-ouest de la Gétulie, était composée du Maroc oriental, de l’Algérie et de la Tunisie. Juba ii (vers 25 av. J.‑C.-23 apr. J.‑C.) y régna sous la tutelle des Romains.

  7. Quatrième des douze Travaux d’Hercule (v. note [3], lettre de Reiner von Neuhaus, datée du 21 octobre 1663). L’Érymanthe est une haute montagne d’Arcadie, au centre du Péloponnèse.

  8. V. note [8] de l’observation vii.

  9. Le mont Dicté est le plus haut sommet surplombant le plateau de Lassithi, à l’est de la Crète. Dans une de ses grottes, Rhéa donna naissance à Zeus ; elle s’y était réfugiée pour échapper à son époux (et frère) Cronos (Saturne pour les Romains), roi des Titans, qui avait coutume de dévorer ses enfants.

  10. L’adjectif grec πιων (avec un oméga) est masculin et signifie « gras, riche, opulent » ; au genre neutre, il devient πιον (avec un omicron) ; ο est le nominatif singulier de l’article défini masculin, qui se décline en το au genre neutre (celui d’opion). L’étymologie proposée par Philon est donc grammaticalement difficile à suivre. En disant que l’opium « est ainsi nommé de opon ou opion, comme qui dirait suc par excellence, parce qu’il produit de plus grands effets et en moindre quantité qu’aucun suc tiré des végétaux » (v. note [8], lettre 118), Furetière se rapprochait de l’explication fournie par Philon, mais où Galien remarquait justement une faute de genre (masculin pour neutre). V. supra note [37], pour une origine plus classique (mais elle aussi douteuse) du mot opium.

  11. Dans la mythologie, Cécrops, mi-homme, mi-serpent, est le premier roi légendaire d’Attique, qui fonda Athènes.

  12. Les Asclépiades sont les familles originaires de Tricca (Thessalie) vouées à la médecine, dont celle d’Hippocrate, qui se disaient descendantes d’Esculape (Asclépios, v. note [4], lettre 551).

  13. Le nard celtique ou gaulois est « la valériane celtique, dont la racine nous est envoyée de la Suisse et du Tyrol en paquets ronds et plats, encore garnie de feuilles et mêlée de terre sablonneuse » (Littré) ; « il croît aux Alpes et en Ligurie ; c’est une petite plante à fleur jaune et odorante, fort différente de la lavande » (Furetière).

  14. Le jonc odorant ou scoenanthum est une drogue d’apothicaire qu’on appelle autrement pâture de chameau ; « elle croît en Afrique et en Arabie ; elle est rousse, chargée de fleurs minces tirant sur le rouge, lesquelles, étant frottées entre les mains, sentent la rose ; elle a un goût ardent, acide et brûlant la langue. Galien dit que de son temps on ne trouvait point de sa fleur, parce que les chameaux mangeaient tout ce qu’ils en pouvaient trouver ; maintenant elle est assez commune » (Furetière).

  15. Amome : « drogue médicinale et odoriférante qui vient à un arbre de même nom dans les Indes et pays orientaux […]. Ce sont ces grains seuls qu’on emploie dans la pharmacie ; ils ont un goût âcre, piquant et aromatique, et dont l’impression demeure longtemps dans la bouche » (Furetière). V. note [50], lettre latine 351, pour le costus.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Leçons de Guy Patin au Collège de France (1) : sur le Laudanum et l’opium. Note 46

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8129&cln=46

(Consulté le 18.10.2019)

Licence Creative Commons