Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit
Note [48]

Vers 1‑2 et 18‑21 du poème xxii de Catulle, Ad Varum [À Varus] :

« Tu connais fort bien, Varus, ce Suffenus, cet homme plein de charme, à la fois railleur et poli, etc. {a}
Assurément, nous trompons-nous tous nous-mêmes, et tout homme a-t-il en soi quelque chose de Suffenus. À chacun sa part de faux-semblant, mais nous ne voyons pas à quoi ressemble la besace que nous portons sur le dos. » {b}


  1. Dans le texte du Borboniana est ici inséré « p. 19 » : probable renvoi à une édition de Catulle que je ne me suis pas acharné à trouver.

    Les 16 vers omis dans l’« etc. » disent que ce distingué Suffenus avait écrit plus de dix mille vers dont la grossièreté, le style et le propos ne correspondaient en rien à l’idée qu’on se faisait de sa personne, en le rencontrant et en conversant avec lui.

  2. Érasme a commenté ces vers dans son adage no 1412, Ne mihi Suffenus essem [Puissé-je ne pas donner de moi l’image de Suffenus] :

    Ne mihi ipsi blandirer, ac stulte meipsum admirarer. Suffenus erat poeta longe ineptissimus, in aliorum vitia dicax, ad sua cæcus. Itaque proverbium receptum, ut, qui sibi inaniter placerent, Suffeni dicerentur.

    [Ne pas m’infatuer de moi-même, et ne pas admirer sottement ma propre personne. Suffenus était un poète parfaitement stupide, qui raillait les défauts des autres, sans du tout voir les siens propres. On en a donc fait ce proverbe, qui appelle Suffenus ceux qui se complaisent à admirer leur propre personne].


Cette digression sur Suffenus se justifie obliquement par la mention qu’en a faite Nicolas Bourbon l’Ancien dans la dédicace à Franciscus Tuanus de ses huit livres de Nugarum [Sornettes] (Lyon, 1538, v. supra seconde notule {b}, note [46]). Elle mord, au passage, Jacques de Sallo, conseiller au Parlement de Paris, dont Guy Patin a évoqué les déboires politiques à la fin de sa lettre du 7 avril 1638 à Claude ii Belin (v. sa note [25]).

Fille de Pierre Brisson, sieur du Palais, Marie Brisson était la nièce de l’infortuné premier président Barnabé Brisson (v. note [52] Patiniana I‑4) ; elle avait épousé en 1593 Josias de Sallo, sieur de Beauregard, puis Charles Poitevin, sieur de La Florencière, mort en 1615. Jacques de Sallo était né de son premier mariage.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 10 manuscrit. Note 48

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8211&cln=48

(Consulté le 30.06.2022)

Licence Creative Commons