À Claude II Belin, le 23 avril 1640
Note [5]

Lazare Rivière (Montpellier 1589-ibid. 16 avril 1655) avait été reçu docteur en médecine de l’Université de Montpellier en 1611, puis nommé, en 1620, titulaire de la chaire de chirurgie et de pharmacie qu’il occupa jusqu’à sa mort. Sa célébrité de praticien et d’enseignant fut liée à son profond intérêt pour les nouveaux médicaments chimiques, qu’il recevait et utilisait sans réserve et sans toujours grand discernement, ce qui lui valut d’être diversement apprécié par ses contemporains (R. Desgenettes in Panckoucke et Dulieu).

Son ouvrage le plus renommé, que citait ici Guy Patin, est la Praxis medica [Pratique de médecine] (Paris, Olivier de Varennes, 1640, in‑8o pour la 1re édition, suivie de nombreuses autres). En dix livres, Rivière y défendait avec ardeur l’emploi des substances chimiques de toutes sortes dans les maladies des différentes parties du corps.

Patin détestait Rivière et pour son professorat de Montpeliier, et pour ses pratiques chimiques et même magiques. Il en a donné une preuve à peine croyable dans sa lettre à Johannes Antonides Vander Linden, datée du 31 août 1657 (4 paragraphe) en racontant comment, en 1646, il avait rendu visite incognito à Rivière pour obtenir la démonstration de sa charlatanerie.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 23 avril 1640. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0049&cln=5

(Consulté le 19.01.2021)

Licence Creative Commons