À Claude II Belin, le 12 octobre 1646
Note [5]

« ils n’ont pas d’homme qui en soit capable ». Quoi qu’en pût dire Guy Patin, le Gazetier dont il continuait à se moquer, Théophraste Renaudot, était homme à pouvoir éclabousser de son encre les meilleures plumes de la Faculté de médecine de Paris : les quelques extraits de ses pamphlets que j’ai donnés prouvent amplement son talent polémique (v. notes [8] et [11], lettre 57, [9] de la lettre 96, et [68] de L’ultime procès de Théophraste Renaudot…) ; mais Renaudot, qui avait avivé la querelle, s’il était gradué de Montpellier, vivait désormais à Paris et avait été réduit au silence par la Faculté qui tenait ses deux fils en otages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 octobre 1646. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0137&cln=5

(Consulté le 02.12.2020)

Licence Creative Commons