À Charles Spon, le 10 janvier 1650
Note [5]

Les vertus narcotiques de la thériaque (sans doute les seules qu’elle eût vraiment) étaient liées à sa richesse en opium.

V. l’observation xi (sur la thériaque et le mithridate) pour les vertus distinctes de la thériaque nouvelle (c’est-à-dire fraîchement préparée), tenue pour un remède « froid », et pour celle qu’on avait laissé vieillir pendant plusieurs années, qui devenait de plus en plus « chaude ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 janvier 1650. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0213&cln=5

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons