À Charles Spon, le 16 août 1650
Note [5]

« Se sentir encore du maître ès arts » était ici avoir encore la fraîcheur et la naïveté, un peu niaises, du jeune philiatre (étudiant en médecine) sans expérience des ruses du métier.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 août 1650. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0240&cln=5

(Consulté le 22.09.2020)

Licence Creative Commons