À Charles Spon, le 29 juillet 1653
Note [5]

Achille de Longueval, comte de Manicamp (1597-1677), commandait en qualité de lieutenant, les garnisons de Chauny et de La Fère.

Journal de la Fronde (volume ii, fos 240 ro et vo, Paris, juillet 1653) :

« M. de Manicamp étant mécontent de n’avoir pas été fait maréchal de France des premiers et prétendant qu’on le lui avait fait espérer, comme étant le plus ancien maréchal de camp, a été accusé depuis peu d’avoir fait son possible pour détourner M. de Chaulnes {a} de s’accommoder avec la cour, à cause qu’il ne pouvait souffrir que M. de Bar fût lieutenant du roi en Picardie ; et ensuite, a été soupçonné d’avoir traité avec M. le Prince ; sur quoi, les ordres du roi ayant été envoyés aux maires et aux échevins de La Fère d’empêcher qu’il ne fît aucune chose contre le service du roi, et celui-ci ayant voulu exécuter cet ordre, M. de Manicamp s’en offensa si fort contre eux qu’il poignarda le maire. Cette nouvelle étant arrivée ici dès le 13, fit hâter la résolution que le roi avait prise trois jours auparavant d’aller à Compiègne ; et dès le même jour, l’on y fit marcher quelques compagnies des gardes avec le bagage ; et Sa Majesté partit d’ici le 15 au matin et fut coucher le soir du même jour à Compiègne par les moyens des relais qu’elle avait envoyés à Senlis, ayant résolu d’aller assiéger La Fère et de châtier M. de Manicamp ; mais le maréchal d’Estrées, oncle de celui-ci, s’entremet pour accommoder cette affaire et pour obtenir sa grâce en remettant cette place au roi, qui lui en donnera, comme l’on croit, une récompense de 50 000 écus. »


  1. V. note [7], lettre 315.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 29 juillet 1653. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0322&cln=5

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons