À Hugues de Salins, le 14 juillet 1656
Note [5]

« comme si beaucoup de verjus les avait diluées, ce qui est complètement faux. La pleurésie du côté gauche est de plus mauvais pronostic parce qu’alors elle établit des matières purulentes auprès du cœur, et le bloque presque entièrement. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 14 juillet 1656. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0440&cln=5

(Consulté le 11.12.2019)

Licence Creative Commons