À Charles Spon, le 8 juin 1657
Note [5]

Haleine : « force particulière des poumons, lorsqu’ils n’ont pas besoin de reprendre si souvent leur vent. On choisit pour la pêche des perles les esclaves qui ont bonne haleine, qui peuvent demeurer longtemps sous l’eau sans reprendre leur vent. Ce Basque a l’haleine bonne, il court une lieue sans que l’haleine lui manque, sans perdre haleine. La courte haleine est une maladie opposée à cette force, et vient d’une difficulté de respiration » (Furetière).

Panser est à prendre pour soigner.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 juin 1657. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0484&cln=5

(Consulté le 13.07.2020)

Licence Creative Commons