À Charles Spon, le 10 août 1657
Note [5]

« et sa propre voix ». L’archevêque-électeur de Cologne, Maximilien-Henri de Bavière (v. note [15], lettre 244), était le cousin germain et non pas l’oncle de Ferdinand-Marie, duc électeur de Bavière : leurs pères respectifs, Albert et Maximilien ier de Bavière étaient en effet les fils aîné et benjamin de Guillaume v, duc électeur de Bavière.

V. note [29], lettre 484, pour le compte des voix catholiques et protestantes de l’élection impériale qui traînait en longueur à Francfort.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 10 août 1657. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0488&cln=5

(Consulté le 28.11.2020)

Licence Creative Commons