À André Falconet, le 9 mars 1661
Note [5]

Pierre Bara (ou Barra), agrégé au Collège de médecine de Lyon, ne s’est fait connaître que par son attachement acharné aux doctrines d’Hippocrate dont il admettait l’entière infaillibilité. Son enthousiasme lui a dicté de misérables productions littéraires :

  • L’Abus de l’antimoine et de la saignée, démontré par la doctrine d’Hippocrate (Lyon, 1664, in‑12o) ;

  • De veris Terminis partus ex Hippocrate [Les Termes véritables de l’accouchement, selon Hippocrate] (Lyon, 1666, in‑12o) où Bara admet aveuglément tout ce qui a été dit sur les naissances tardives et précoces, et cherche à le prouver par des passages détachés des écrits d’Hippocrate ;

  • Les Abus de la thériaque et de la confection d’hyacinthe (Lyon, 1667, in‑12o) ;

  • L’Usage de la glace, de la neige et du froid (Lyon, 1675, in‑12o), où Bara prodigue de grands éloges à l’eau glacée, qu’il assure être un excellent remède contre le mal de dents, l’ophtalmie, la dysenterie et la pleurésie ;

  • Hippocrate, de la circulation des humeurs (Lyon, 1682, in‑12o) où, servile apôtre, Bara tente d’enlever le mérite de la découverte de la circulation du sang à William Harvey et cherche à prouver qu’elle a été connue d’Hippocrate « si exactement comme elle est que, depuis deux mille ans et plus, les autres médecins n’ont rien ajouté à la science qui soit essentiel pour expliquer cette matière » ; il est difficile de pousser plus loin le fanatisme (J. in Panckoucke).

Je n’ai pas trouvé trace des œuvres de Guillaume Rondelet qu’il aurait éditées.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 9 mars 1661. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0679&cln=5

(Consulté le 07.04.2020)

Licence Creative Commons