À André Falconet, le 20 janvier 1662
Note [5]

Christoph Bernhard von Galen (Bispink, Westphalie 1606-1678) avait été élu prince-évêque de Münster en 1650. Il avait dès lors donné libre cours à ses inclinations guerrières, s’attachant à réorganiser l’administration militaire de Münster, se formant une petite armée et commençant diverses réformes qui causèrent un vif mécontentement dans la population. En 1655, une insurrection avait éclaté à Münster qui, avec l’aide des Provinces-Unies, avait soutenu une longue lutte armée contre son évêque. Galen avait assiégé la ville en 1657, en devenant complètement maître en 1661. En 1664, l’empereur ayant résolu de faire la guerre aux Turcs, le belliqueux prélat devint un des chefs de l’armée et prit part à la bataille de Saint-Gotthard remportée par Montecuculli sur le grand vizir Köprülü (v. note [3], lettre 791). Revenu de Hongrie, Galen fit alliance avec l’Angleterre contre la Hollande (1665) et s’engagea à fournir, en échange des subsides anglais, une armée de 15 000 hommes. Assoiffé de puissance et de gloire, le redoutable évêque passa le reste de son existence à guerroyer au fil des alliances changeantes qu’il contracta avec la plupart des souverains d’Europe.

En 1672, von Galen perdit son évêché, qui échut à Ferdinand von Fürstengerg en 1675 (v. supra notule {d}, note [4]).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 20 janvier 1662. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0720&cln=5

(Consulté le 12.08.2022)

Licence Creative Commons