À Charles Spon, le 20 octobre 1666
Note [5]

« il était en effet libraire » : sèche et méchante oraison funèbre de Marc-Antoine Ravaud, associé de Jean-Antoine ii Huguetan, libraires de Lyon dont Guy Patin a pourtant maintes fois parlé dans ses lettres en termes habituellement amicaux. Sans doute l’accumulation de ses déboires avec les libraires le rendait-il morose à leur encontre.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 octobre 1666. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0883&cln=5

(Consulté le 05.03.2021)

Licence Creative Commons