À Christiaen Utenbogard, le 30 octobre 1663
Note [5]

Johannis Antonidæ Vander Linden, in V. Cl. Adolphi Vorstii, Medicinæ et Botanicæ Professoris Primarii, Excessum Oratio Funebris : habita Martis xvi. Octobris cd dc lxiii. [Oraison funèbre de Johannes Antonides Vander Linden pour la mort du très distingué Adolf Vorst, premier professeur de médecine et de botanique, prononcée le mardi 16 octobre 1663] (Leyde, D. et A. van Gaesbeck, 1664, in‑4o ; réimprimée par Henning Witten dans sa Memoriæ Medicorum nostri seculi clarissimorum renovatæ Decas secunda [Seconde décade de la Mémoire retrouvée des médecins les plus brillants de notre siècle], Francfort, Martin Hallervord, 1676, in‑8o, pages 222‑242).

Guy Patin rêvait sans doute d’y lire son nom, mais je ne l’y ai pas vu. C’est une mine de renseignements sur Vorst et sa famille.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 30 octobre 1663. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1296&cln=5

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons