À Sebastian Scheffer, le 24 février 1668
Note [5]

Les auteurs de ces deux livres avaient pour point commun d’être allemands et membres de l’Académie des Curieux de la Nature (v. note [1] de la biographie de Philip Jakob Sachs von Lewenhaimb).

  • Hiera picra, vel de Absinthio analecta, ad normam et formam Academiæ Naturæ Curiosorum selecta à Joh. Michael Fehr, Phys. D. Svinfurt. Ordin. Anno salutiferi partus m dc lxvii. Quæ Deus occulta esse voluit, non sunt scrutanda ; Quæ vero manifesta fecit, non sunt negligenda, ne et in illis illicite-Curiosi et in his damnabiliter inveniamur ingrati. Prosper de vocat. gent.

    [Hiera picra, ou mémoire sur l’Absinthe, {a} choisi suivant la règle et la forme de l’Académie des Curieux de la Nature par Johann Michael Fehr, {b} docteur en médecine ordinaire de Schweinfurt, en l’an 1667e de la naissance du Sauveur. « Il ne faut pas explorer les choses que Dieu a voulues cachées, mais ne pas négliger celles qu’il a rendues visibles, pour que nous ne nous trouvions pas illicitement curieux des premières, ni coupablement ingrats des secondes » (Prosper d’Aquitaine, {c} De Vocatione gentium)]. {d}


    1. La hiera picra ou hière-picre (laxatif amer) était « une espèce d’électuaire décrit par Galien, composé d’aloès, de cannelle, de xylobalsame, d’asarum, de spicanard, de safran, de mastic et de miel. La hière-picre est employée pour purger l’estomac, pour lever les obstructions, pour exciter les mois et les hémorroïdes, pour purifier le sang » (Trévoux).

      Ce livre proposait d’ajouter l’absinthe (v. note [1], lettre 587) à sa composition, en vu d’y ajouter notamment des vertus vermifuges.

    2. Johann Michael Fehr (1610-1688), docteur en médecine de Padoue en 1641, pratiquait la médecine à Schweinfurt (Bavière). Il présidait l’Académie depuis 1665 (Éloy).

    3. Prosper d’Aquitaine (v. seconde notule {a}, note [38], lettre 348) est entre autres auteur d’un ouvrage intitulé De Vocatione omnium gentium [L’Appel de tous les peuples].

    4. Leipzig, Vitus Jacobus Trescher, 1668, in‑8o de 175 pages.

  • Jehovæ Adspirante Gratia Desuper ! Ελαφογραφια sive Cervi Descriptio Physico-Medico-Chymica, in qua tam Cervi in genere, quam in specie ipsius partium consideratio Theorico-Practica instituitur, ad Multifarium usum præsertim Medicum, Omnibus fere Corporis Humani Affectibus ceu Panacea apprime conveniens ; Secundum Leges et Methodum Academiæ Naturæ Curiosorum elaborata, Multisque Medicinæ Secretis instructa à Johanne Andrea Graba, D. Urbis Territoriique Erfurtens. Medico Ordinar. et Collegii Naturæ Curiosorum Collega.

    [Puisse la grâce de Yahvé souffler d’en haut ! Élaphographie ou Description physico-médico-chimique du cerf, {a} en laquelle est exposée la considération théorique et pratique, tant en général qu’en particulier, des différentes parties du cerf, pour des usages divers, surtout médicaux, ou la Panacée qui convient à presque toutes les affections du corps humain ; élaborée suivant les lois et la méthode de l’Académie des Curieux de la Nature et munie de nombreux secrets de médecine par Johann Andreas Graba, {b} docteur en médecine ordinaire de la ville et du territoire d’Erfurt et membre du Collège des Curieux de la Nature]. {c}


    1. Elaphos est le nom grec du cerf et de la biche. Elaphographia est leur description.

    2. Johann Andreas Graba (Mühlhausen, Thuringe 1625-1669), docteur en médecine de l’Université de Giessen, exerçait à Erfurt. Son essai ne se limitait visiblement pas aux vertus thérapeutiques du cœur de cerf (v. note [5], lettre latine 20).

    3. Iéna, Johann Nisl, 1668, in‑8o de 312 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 février 1668. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1481&cln=5

(Consulté le 29.11.2022)

Licence Creative Commons