Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16
Note [5]

Capillaires ou fougères médicinales : « nom qu’on donne à certaines herbes dont on fait des sirops bons pour le rhume. On les appelle ainsi, parce qu’elles croissent en filets aussi déliés que les cheveux. Il y a de cinq sortes de capillaires […]. Les capillaires croissent ordinairement dans les fentes des rochers, et dans les lieux raboteux [accidentés] et pleins de pierres. Ils ne portent ni fleur ni graine, et on ne se sert que de leurs feuilles, qui sont attachées à leurs petits troncs. Ils nettoient la poitrine et l’estomac, désopilent [déchargent] le foie et la rate, purifient le sang et, étant broyés en huile, ils sont bons pour raffermir les cheveux qui tombent » (Thomas Corneille).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8146&cln=5

(Consulté le 11.07.2020)

Licence Creative Commons