Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701)
Note [5]

  • « Servet, à l’âge de 25 ans, proférait qu’il était le plus grand prophète du monde. Il a écrit sept livres sur les erreurs de la Trinité, {a} où il a professé qu’il n’y avait en Dieu aucune génération réelle, ni aucune personne distincte, que les hommes ne devaient pas être baptisés avant l’âge de 30 ans. Enfin, Calvin en personne l’a mis sur le bûcher, l’an 1555. Bellarm., Chronologia, page 591. » {b}


    1. V. supra note [4], notule {a‑iii}, pour les sept livres de Michel Servet de Trinitatis erroribus (1531).

    2. Citation fidèle {i} des pages 121 et 123 de la :

      Chronologia brevis ab orbe condito, usque ad annum Domini m. dc. xiii. Roberti Card. Bellarmini, e Societate Iesu Auctore.

      [Brève Chronologie depuis la création du monde jusqu’à l’an de grâce 1613. Par le cardinal Roberto Bellarmino, {ii} de la Compagnie de Jésus]. {iii}

      1. Incluant l’erreur de date : 1555 pour 1553.
      2. V. note [16], lettre 195.

      3. Cologne, Gualtherus, 1613, in‑8o de 117 pages.

  • Le passage qui précède ce commentaire latin figure dans le Secunda Scaligerana (page 420) :

    « Monsieur de La Vau, {a} médecin à Poitiers, a une cinquantaine d’épîtres de Michel Servet, qu’il écrivait au père de Monsieur La Vau, étant à Vienne en Dauphiné ; j’ai vu ces lettres-là. »


    1. Note de Hadrien Daillé, fils de Jean, {i} un des éditeurs de l’ouvrage :

      « Ce Monsieur de La Vau était beau-père de Monsieur Le Coq, célèbre médecin à Poitiers. »

      L’article de Francine Wild intitulé Le Prima Scaligerana. Registre d’une amitié savante {ii} et la Correspondance de Joseph Scaliger permettent d’identifier les protagonistes de cette anecdote.

      • François de Saint-Vertunien (Franciscus Vertunianus), marquis de Lavau, médecin poitevin, mort en 1607, très proche ami et correspondant de Scaliger, {iii} a recueilli le Prima Scaligerana. {iv} Docteur en médecine de Montpellier en 1568, il avait aussi publié, avec Scaliger, un commentaire sur le Hippocratis Coi de capitis vulneribus liber… [Livre d’Hippocrate de Cos sur les plaies de la tête…]. {v}

      • Pascal Le Coq, seigneur des Forges (1567-1632), gendre de Saint-Vertunien, a été doyen de la Faculté de médecine de Poitiers de 1616 à 1634 ; il a aussi correspondu avec Scaliger. {vi}

        1. V. notule {b}, note [7], lettre 783.

        2. Albineana, Cahiers d’Aubigné, année 1996, no 7, pages 115‑130.

        3. 31 lettres conservées : v. note [15], lettre 409, pour un exemple.

        4. Paru en 1669, v. note [6], lettre 888.

        5. Paris, 1578, v. note [3], lettre 34.

        6. Une lettre conservée, datée du 21 août 1607, où il lui décrit la mort de son beau-père.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Patiniana I‑4 (1701). Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8199&cln=5

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons