De Charles Spon, le 15 mai 1657
Note [5]

« et je n’ai en effet pas tant de loisir que je puisse me distraire de mes affaires. »

V. note [4], lettre 551, pour Esculape, dieu de la médecine et nom qu’on donnait quelquefois (et souvent par ironie) à un médecin en renom.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Charles Spon, le 15 mai 1657. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9019&cln=5

(Consulté le 02.12.2020)

Licence Creative Commons