De André Falconet, le 13 février 1658
Note [5]

Cette description du ventricule gauche évoque un infarctus étendu du myocarde, mais la maladie coronaire (v. note [8], lettre 725) qui en est ordinairement responsable n’avait pas encore été nettement caractérisée à l’époque. Les onze jours de « fièvre de fièvre ardente maligne » qui ont précédé la mort et les importantes lésions viscérales diffuses laissent néanmoins planer un sérieux doute sur ma tentative de diagnostic rétrospectif.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De André Falconet, le 13 février 1658. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9034&cln=5

(Consulté le 15.11.2019)

Licence Creative Commons