Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644
Note [50]

« Un arrêt est donné sous la cheminée, pour dire qu’il a été donné par la cabale de trois ou quatre conseillers à la cheminée en se chauffant, et qu’il n’a point été rapporté en plein bureau. Par extension, on dit de toutes les choses faites en cachette et sans solennité qu’elles sont faites sous la cheminée » (Furetière).

V. infra note [52], pour les docteurs en médecine « à la petite mode ».

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644. Note 50

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=50

(Consulté le 11.07.2020)

Licence Creative Commons