À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 51.
Note [51]

« mais pareille sagesse n’est pas chez nous coutumière » (v. note [30], lettre 293). Les corsaires français menaient alors une guerre maritime non déclarée contre les Anglais. Ce harcèlement perturbait sérieusement les négociations d’alliance entre le Protectorat et la Couronne de France : Cromwell réclamait à 200 000 livres sterling (2 640 000 livres tournois) de compensation pour les dommages endurés (Plant).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 51.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0348&cln=51

(Consulté le 23/07/2024)

Licence Creative Commons