Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron
Note [51]

Propos de Jacques Perreau dans son épître dédicatoire du Rabat-joie de l’Antimoine triomphant (Paris, 1654, v. note [3], lettre 380) ; mais c’était à l’encontre de l’antimoine.

Parmi quantité d’autres, la note [3] de la lettre 822 fournit une triste preuve du degré que pouvait atteindre la fourberie de Guy Patin. Pour sa part, c’est le Gazetier qu’il a traité de caméléon (v. note [23] du Manuscrit inédit de Guy Patin contre les consultations charitables de Théophraste Renaudot).

Au début de sa lettre du 27 juillet 1662 à Otto Sperling, Patin a lui-même fait ce curieux aveu en réponse aux louanges de son correspondant (v. note [1], lettre latine 205) :

me Tibi ignotum, et fato quodam, vel potius fama dumtaxat mentiri solita, quodam nec notum […].

[moi que vous ne connaissez pas et qui ne suis connu de personne ou qui, par quelque mauvais coup du sort, le suis seulement pour ma réputation ordinaire de mentir (…)].

Ce caméléonisme dépassait le domaine des idées et des convictions : la lettre latine 248, à Reiner von Neuhaus, illustre le remarquable talent de Guy Patin à imiter le style grandiloquent de son correspondant (v. sa note [a]).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron. Note 51

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8037&cln=51

(Consulté le 05.05.2021)

Licence Creative Commons