À Charles Spon, le 8 janvier 1650
Note [52]

Furetière :

« Le safran d’antimoine se fait d’antimoine et de nitre mis en poudre et au feu, lequel, aprés la détonation {a} et la fusion, fait descendre au fond du vaisseau les parties les plus pures de l’antimoine. Elles ont la figure d’un foie, {b} ce qui fait qu’on lui donne aussi le nom de foie d’antimoine, ou de safran des métaux. » {c}


  1. « Action que font les mineraux, qui pètent et font grand bruit, lorsqu’ils commencent à s’échauffer dans les creusets, et que l’humidité qui y était enfermée s’en échappe » (ibid.).

  2. Couleur brun marron.

  3. Crocus metallorum en latin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 janvier 1650. Note 52

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0211&cln=52

(Consulté le 29.10.2020)

Licence Creative Commons