À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 52.
Note [52]

« C’est très exactement ce qu’il a dit. »

L’in‑4o en retard chez la veuve Dupuis à Paris était le livre de Gassendi sur les vies de Tycho Brahe et de Copernic (v. note [29], lettre 211). Commençaient ici les longues transactions entre le libraire lyonnais Guillaume Barbier et Gassendi pour l’édition non seulement de sa Philosophie d’Épicure (v. note [1], lettre 147), mais aussi de ses œuvres complètes. Comme Guy Patin allait l’expliquer longuement par la suite, plusieurs libraires, tant lyonnais que parisiens, étaient désireux d’obtenir ce marché. Ce furent en fait deux autres imprimeurs lyonnais, Laurent Anisson et Jean-Baptiste Devenet, qui firent paraître les Opera omnia… de Gassendi en 1658 (v. note [20], lettre 528).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er mai 1654, note 52.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0348&cln=52

(Consulté le 13/07/2024)

Licence Creative Commons