Autres écrits : Le manuscrit 2007 de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (recueil Peÿrilhe)
Note [52]

Ce coup de griffe de Pierre Suë visait son contemporain Nicolas François Joseph Éloy (Mons, Hainaut 1714-ibid. 1788), médecin pensionnaire de sa ville natale et auteur du Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne… (Mons, 1778, vnotre bibliographie), auquel j’ai si souvent recouru pour documenter notre édition.

À croire tout le mal qu’il a écrit sur le compte de Lazare Meyssonnier, Guy Patin aurait sans doute félicité Éloy de l’avoir omis dans ses biographies.

Suë citait Le Cours de médecine en français, contenant le Miroir de la beauté et santé corporelle, par M. Louis Guyon, Dolois, sieur de la Nauche [v. note [27], lettre 97], docteur en médecine, et la Théorie avec un accomplissement de Pratique selon les Principes tant dogmatiques que chimiques ; avec une infinité d’Observations, Secrets, et Expériences, suivant la Doctrine, tant des Anciens que des Modernes Médecins, qui ont inventé et découvert la Circulation du Sang, les Veines Lactées, leurs Réceptacles, les Vases Lymphées [vaisseaux lymphatiques], et autres Nouveautés Anatomiques et Spagiriques : Inconnues auparavant. À l’usage des Médecins, Chirurgiens, Apothicaires, et autres ; et utile aux Communautés, Hôpitaux, et Maisons de Campagne [infirmeries militaires]. Par M. Lazare Meyssonnier, Conseiller et Médecin ordinaire du Roi, et de S.A.R., Docteur de l’Université de Montpellier, et Professeur agrégé du Collège des Médecins de Lyon. Sixième et dernière édition, où sont jointes les Figures des Plantes nécessaires, et celles de l’Anatomie, pour se servir utilement de ce livre ; et augmentée d’un Discours de Maladies Vénéneuses qui manquaient à la précédente, et d’une méthode pour apprendre en bref la Médecine par l’usage de la Doctrine de l’Auteur mise à la fin (Lyon, Daniel Gayet et Jacques Faeton, 1673, in‑4o ; première édition en 1664 à Lyon ; ouvrage que la correspondance de Patin n’a pas mentionné).

Suë ne semble pas s’être aperçu que le ms BIU Santé no 2007 contient une lettre (assez insensée) de Meyssonnier à Patin, datée du 1er août 1657 (fo 349 ro) ; il est vrai qu’il n’est pas évident d’en déchiffrer la signature.

Dans la suite du paragraphe, j’ai mis entre guillemets le passage de Spon (dans sa lettre datée du 21 novembre 1656) que Suë a condensé en le modifiant.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Le manuscrit 2007 de la Bibliothèque interuniversitaire de santé (recueil Peÿrilhe). Note 52

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8128&cln=52

(Consulté le 06.05.2021)

Licence Creative Commons