Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron
Note [53]

Est honnête « ce qui mérite de l’estime, de la louange, à cause qu’il est raisonnable, selon les bonnes mœurs » (Furetière).

Voilà une définition qui ne s’accorde guère avec au moins deux obscurités de la vie de Guy Patin crûment éclairées en fouillant les archives : et sa manière, pour parader, de vivre largement au-dessus de ses moyens, qui provoqua sa ruine (vLa maison de Guy Patin, place du Chevalier du Guet et Comment le mariage et la mort de Robert Patin ont causé la ruine de Guy) ; et sa bibliomanie maladive qui le compromit dans les trafics de livres interdits ou contrefaits, passion qu’il communiqua à son fils Charles jusqu’à entraîner son bannissement définitif du royaume (vLa bibliothèque de Guy Patin et sa dispersion et les Déboires de Carolus).

Pour me limiter au pire, il faut aussi parcourir les vers féroces que les antimoniaux ont écrits sur Patin (note [35], lettre 399) ; découvrir sa méchanceté et sa mauvaise foi dans le Procès qui l’opposa à Jean Chartier en juillet 1653 ; ou encore sentir la gênante impression de pédanterie fanfaronne et d’usurpation que procure sa thèse Estne totus homo a natura morbus ?, dont il tira si grande fierté et que beaucoup de ses contemporains admirèrent ; lire aussi les trois lettres qui forment la correspondance acide de Julien Bineteau avec Patin, et la note [38], lettre 224, pour les vers de Charles Spon, dans l’épître dédicatoire du Sennertus (1650), qui reflètent l’exacte image que Patin souhaitait donner de lui.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis critiques sur les Lettres de Guy Patin : Voltaire, Sainte-Beuve, Nisard, Pic, Mondor, Jestaz, Capron. Note 53

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8037&cln=53

(Consulté le 05.05.2021)

Licence Creative Commons