À Charles Spon, le 14 mai 1649
Note [57]

Les Sentiments du public touchant la doctrine prêchée par le Père Faure (Paris, Cardin Besongne, 1649, in‑4o) : « sous forme d’une lettre au P. Faure, un religieux y réfutait en 15 points l’assurance donnée à la reine que le blocus de la capitale était licite et autorisé par la religion. Non seulement le P. Faure offensait le peuple de Paris, épuisé et affamé, non seulement il offensait la Sorbonne et le Clergé, mais pis, il offensait Dieu en accordant à la régente un pouvoir aussi absolu que le sien sur les vies humaines, et s’opposait aux paroles du Christ prônant la charité et l’amour de son prochain » (Jestaz).

François Faure (Sainte-Aquitière près d’Angoulème 1612-Paris 1687) avait demandé son admission dans l’Ordre des cordeliers dès la fin de ses études et prononcé ses vœux à l’âge de 17 ans. Ses supérieurs l’avaient envoyé étudier la théologie à Paris où il obtint son doctorat et entra dans les grâces de Richelieu. Après la mort du cardinal, Anne d’Autriche avait nommé le P. Faure sous-précepteur de Louis xiv. Son fidèle dévouement à la Couronne durant la Fronde lui valut l’évêché de Glandèves en 1651, puis celui d’Amiens en 1653. Prélat courtisan jusqu’à sa mort, le P. Faure a laissé des ouvrages religieux dévoués à la cause royale ; prédicateur fort prisé, il a fait les oraisons funèbres d’Anne d’Autriche, sa protectrice, d’Henriette-Marie, reine d’Angleterre, et de Gaspard iv de Coligny (Michaud et G.D.U. xixe s.).

En théologie catholique, on appelle véniels (du latin venia, pardon) les « péchés légers qui se pardonnent aisément. On n’est pas absolument obligé de s’accuser à confesse de tous les péchés véniels. Le plus grand soin des casuistes est de distinguer les péchés véniels des mortels [qui tuent l’âme, qui la privent de la grâce de Dieu, de l’entrée du Paradis] » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 14 mai 1649. Note 57

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0176&cln=57

(Consulté le 21.04.2021)

Licence Creative Commons