Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644
Note [58]

« honorifiques » ; c’est ce qui correspondait au titre de conseiller médecin du roi (v. la définition complète dans le glossaire).

Le point important, aux yeux de Guy Patin, était que le titre dont Théophraste Renaudot se prévalait n’était qu’honorifique : il n’était pas médecin traitant (ordinaire, c’est-à-dire servant par trimestre ou quartier) officiel de la famille royale ou d’un prince du sang, ce qui l’aurait autorisé à exercer son art ailleurs dans Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644. Note 58

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=58

(Consulté le 14.07.2020)

Licence Creative Commons