À Claude II Belin, le 5 mai 1638
Note [6]

« vous écartez loin de vos nuques ce joug loyolitique » ; imitation de Cicéron (Pour Milon, chapitre xxviii, § 77) :

Clodium interfeci ; eius furores, quos nullis iam legibus, nullis iudiciis frenare poteramus, hoc ferro et hac dextera a cervicibus vestris reppuli.

[J’ai (dit Milon) tué Clodius ; par ce fer et par cette main, j’ai écarté de vos nuques ses fureurs qu’aucune de nos lois ni aucun de nos juges ne pouvaient plus réprimer].

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 5 mai 1638. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0041&cln=6

(Consulté le 28.09.2021)

Licence Creative Commons