À Charles Spon, le 21 juin 1650
Note [6]

On a remplacé fideiussoribus (ablatif pluriel du substantif fideiussor, caution) par fidejussorius (adjectif dérivé de ce substantif). Sans y apporter cette correction (mais en jouant sur l’italique pour transformer de fideiussoribus en expression latine correcte), Littré (DLF) a emprunté cette phrase à Guy Patin pour sa définition du mot « sot ». Malgré les précautions prises pour la leur cacher, les libraires de Paris avaient vu la réédition lyonnaise des Opera de Daniel Sennert, qui violait leur privilège de 1641 (v. note [12], lettre 227), et poursuivaient son imprimeur, Marc-Antoine Ravaud, devant le Parlement de Paris.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 juin 1650. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0234&cln=6

(Consulté le 27.11.2020)

Licence Creative Commons